SCOLOPENDRA VIRIDICORNIS (Newport 1844)

Photo : Etienne Iorio

Répartition :

Des Antilles au Paraguay, Argentine, Brésil.

Habitus :


Cette scolopendre est de coloration à dominante de brun, les tergites pouvant avoir de légères nuances bleutées voire noires. Les bords des tergites peuvent parfois être un peu plus foncés. Les pattes sont brun-jaune annelées de bleu médiocrement vif. Les antennes sont bicolores, les 4 premiers articles étant bleus et les autres brun-jaune. Les forcipules et les préfémurs des P. 21, plus clairs que le tronc et la capsule céphalique, sont brun orangé. Cette espèce ressemble un peu à Scolopendra morsitans, Linné 1758, mais facilement reconnaissable par rapport à cette dernière car elle est beaucoup plus grande (20 cm) et les anneaux bleutés des pattes sont moins vifs et foncés.

 

Mœurs et biotope :

L'animal vit en milieu tropical humide. La tourbe blonde bien humidifiée est encore une fois un substrat qui convient bien. Il aime aussi la chaleur (au moins 25°C le jour). Ce chilopode semble apprécier les vieilles souches ou écorces, on pourra donc en disposer une ou plusieurs suivant la taille du bac. La luminosité sera naturelle ; à ce sujet, l'animal, comme tous les chilopodes, aura un caractère lucifuge marqué. Cependant, il s'habituera au bout d'un moment à une lumière atténué en élevage et pourra alors par périodes s'observer sans problèmes en plein jour. Vivace dans la capture des proies, il accepte cependant plus facilement les Orthoptères que les grandes blattes. La période précédant la mue, où l'animal est très peu visible et actif, peut durer 6 mois !

Remarque :

Les effets du venin sont inconnus. L'animal possède des réactions vraiment imprévisibles, parfois calme, il peut soudain devenir très nerveux et s'agiter en tout sens. De plus il essaie fréquemment de s'évader en attaquant les jointures du couvercle du bac à l'aide de ses forcipules, donc gare à l'herméticité du bac de stabulation

Etienne Iorio